Bénigne


" Une vision de la réalité, en la mettant parfois en scène sans la dénaturer, ni la retoucher.

Démontrant ainsi qu'elle se suffit à elle-même pour nous émerveiller.

Du noir et blanc, à la couleur.

De la prise sur l'instant, à la mise en scène.

De l’émotionnel, à la réflexion... Jusqu'à l’expérimental.

Quitte à parfois déranger ou troubler. "

 

 

C'est d'ailleurs ce dernier élément qui est le plus souvent adopté pour parler de la série,

"Adieu chérie", phare de la première exposition à Paris, et qui s'est trouvée en corrélation avec les mots et l'univers du roman de Romain Ternaux "Croisade Apocalyptique".

Ainsi que pour l' exposition MORPHOSE, face-à-face ambigüe de l'Humain et de sa représentation.